IAM à la Fête de l’Humanité (La Courneuve, 93) le 13/9/2014

Je pense, donc IAM…

Ce samedi 13 septembre à la Courneuve (93), le plus grand et le meilleur groupe de Rap français donnait un concert dans le cadre de la Fête de l’Humanité: IAM.

Malgré un concours de circonstances nous ayant fait rater une grande partie du concert, nous avons pu profiter de la dernière demi-heure du show. De quoi profiter, entre autres, de 2 des titres les plus célèbres du groupe marseillais: Petit Frère et le mythique Je danse le mia.

Observée d’assez loin sur la gauche de la scène, l’ambiance est très chaude devant la scène, les bras sont levés en permanence, le tout emmené par le charisme d’Akhenaton et de Shurik’n. Ces derniers occupent à eux deux une grande partie de la scène, le reste du groupe étant placé sur les côtés, ou au mixage en fond de scène. C’est l’inconvénient de ne pas avoir de musicien: la scène parait bien vide!

Les titres s’enchainent sans temps mort, bien que les profanes puissent avoir l’impression d’entendre tout le temps le même morceau, avec seulement les paroles qui changent.

Le groupe quitte la scène sous les ovations du public, ovations méritées car les marseillais ont excellemment assuré le job.

Tel un saumon remontant la rivière pour… bon, vous savez tous pourquoi un saumon remonte une rivière… il est temps de progresser vers le milieu de la fosse à contre-courant par rapport au public qui tente de sortir. Car après les marseillais d’IAM, c’est maintenant un groupe d’origine germanique, au nom emprunté à un célèbre arachnide, de fouler la Grande Scène de la Fête de l’Humanité.

Setlist d’IAM

Scorpions

Eh oui, car même si j’admire beaucoup IAM, le groupe qui m’a fait me déplacer ce soir est le mythique Scorpions (vous avez eu peur en lisant le titre de l’article, hein?)! Pour 30€ le pass 3 jours, ça vaut le coup de ne venir que le samedi: un concert seul de Scorpions à Bercy coûte déjà 60€ minimum, là nous avons eu IAM en bonus.

Après s’être clairsemé suite au départ d’IAM, le site se re-remplit peu à peu, et finira bondé de monde, peut-être même plus que précédemment. Malheureusement pas très adapté aux petites gens, certaines parties du terrain sont en pente dans le mauvais sens, ce qui gêne la visibilité de la scène. Mais aucun problème pour moi (égoïste et fier de l’être)!

L’ambiance Metal n’est pas à l’ordre du jour, le Festival préférant militer pour son action, entre reportages au sein du site et publicités déplacées par rapport au genre musical pour lequel nous sommes là. Quelques mots seront dits pour la tête d’affiche de ce soir, sur fond sonore de Still Loving You. Car évidemment, Scorpions n’a composé que ce morceau. Bref, passons.

Devant débuter à 21h40, le spectacle aura une vingtaine de minutes de retard. Faisant suite à des battements de cœur instaurant une ambiance quelque peu angoissante (surtout au début, car au bout de 20 minutes d’attente ça devient plus ennuyeux qu’autre chose!), le rideau cachant la scène tombe et le groupe fait son entrée, sous la formidable ovation des quelques dizaines de milliers de personnes présentes qui peuvent enfin relâcher la frustration d’avoir attendu leur groupe si longtemps.

Sans surprise mais appuyé de nombreux effets pyrotechniques qui feront office de 6ème membre du groupe pendant tout le show, le concert débute par Sting in the Tail, titre du dernier "vrai" album éponyme. Les musiciens sont souriants, visiblement heureux de l’accueil. Pendant le 1er morceau le batteur reste dans l’ombre, et je crois discerner une tête chauve. James Kottak se serait-il rasé la tête??? D’autre part, pas de baguette qui tourne ou qui vole, pas de crachat en l’air…

Eh bien non, ce n’est tout simplement pas lui! Le jeu s’en ressentira, étant trop "froid" bien que parfaitement exécuté et carré. Il manquera néanmoins la petite touche de folie de James. Le remplaçant aura tout de même l’honneur d’un solo plus tard pendant le spectacle.

Le reste du concert ne surprendra pas les fans du groupe allemand. Aucun morceau-surprise ne viendra bouleverser la set-list.

Un petit reproche est à formuler par rapport à l’ordre des chansons: dès la fin du 1er titre, le groupe jouera ses morceaux les plus mid-tempo (Make It Real, Loving You Sunday Morning, The Zoo, l’instrumental Coast To Coast…), avant de déverser d’une traite la plupart de ses balades (The Best Is Yet To Come, Send Me An Angel).

Il faudra attendre la fin de In Trance pour enfin bouger la tête sur Raised On Rock, Tease Me Please Me, Blackout ou Big City Nights jusqu’à la fin du concert. Les curieux s’attendant à du Hard-Rock entrainant et ne connaissant pas trop la carrière du groupe devront faire preuve de patience! Heureusement la partie "dure" du show sera celle qui durera le plus longtemps, de quoi faire travailler les cervicales.

Entre temps, tous les clichés seront présents, les guitares Mercedes, Ferrari et Volkswagen (fumante!) de Rudolf (ainsi que ses lunettes-fourchette sur Blackout), les solos de Paweł et de Matthias, et celui du "batteur inconnu" précédemment évoqué (après recherches, son nom serait Johan Franzon). Classique, mais toujours efficace!

Le rappel se fera sur les 3 morceaux les plus mythiques, faciles à deviner: Still Loving You, Wind Of Change et le monumental Rock You Like A Hurricane au final très enflammé, à l’instar du début de concert.

Mais ce n’est pas tout à fait fini! Le groupe reviendra une 2ème fois pour un dernier When The Smoke Is Going Down, qui emmènera le show à près de 2 heures! De quoi faire passer la pilule de l’attente du début plus facilement.

Le groupe de Hard-Rock allemand le plus célèbre de la planète nous aura montré une nouvelle fois qu’ils tiennent plus que bien la route (Klaus ne souffrant d’aucun essoufflement, toujours aussi impressionnant malgré les critiques datant d’il y a 3 ans). Peu de musiciens, y compris chez les plus jeunes, offrent un spectacle avoisinant les 2 heures; prenez-en de la graine!

Il faut maintenant retourner à la voiture (en ne perdant pas trop de temps avec les quelques personnes m’arrêtant pour complimenter mon t-shirt Scorpions; oui bah c’est mon article, alors j’ai le droit de me la péter un peu!): 30 minutes pour sortir du site et 20 autres pour aller trouver la voiture garée en dehors du festival (le prix de la place de parking étant aussi cher que celui de l’entrée!).

Setlist de Scorpions